Projet de reprise associative

EDORAS – ASSOCIATION GESTION D’EXPLOITATION AGRICOLE BIO A VOCATION DE FORMATION ET D’ACCOMPAGNEMENT DE JEUNES EN SITUATION DE HANDICAP

 

b241c988fc1ac2a46cf22af8514c247a.jpeg?auto=format%2Ccompression&ixlib=php-2.1.1&s=c14730d5357ddade95802cd5e3de32ac

 

Ça commence par une phrase très importante.

Je siégeais au conseil d’administration d’un important lycée agricole.

Lors d’une commission économique un représentant d’un syndicat agricole a déclaré spontanément  :   «  Dans l’agriculture c’est déjà pas simple alors on ne va pas en plus prendre des débiles au lycée ! »

Il s’agissait d’élèves en situation de handicap ( Une autiste et un garçon achromatique ).

 

Ce fut un électrochoc.

Puisque même les établissements scolaires publiques faisaient leur maximum pour ne pas avoir à gérer de jeunes handicapés en prétextant l’impossibilité de leur trouver des stages ou apprentissages, il fallait créer notre propre activité.

Il fallait dédier les bénéfices de l’exploitation à des personnes en situation de handicap.

 

La première idée était de créer une structure sous la forme d’un ESAT.

Mais après des stages d’observation, j’en suis venu à avoir des doutes sur l’efficacité et la volonté du système à aider les bénéficiaires à retourner autant que possible en milieu de travail ordinaire.

De plus, beaucoup d’obstacle administratifs étaient placés pour limiter le nombre d’établissements.

C’est pourquoi, j’ai choisi une plus petite structure sous la forme d’une exploitation agricole individuelle.

 

Ce qui était une erreur, cette forme juridique ne permettant pas de bénéficier d’aides des collectivités et d’accompagnement.

 


C’est pourquoi, une association a été constituée pour racheter l’outil de travail et assurer la gestion du projet.

889fe659de486c73567d35503c840f91.jpeg?auto=format%2Ccompression&ixlib=php-2.1.1&s=5e61bc6c90271731faf9cc34d81fe510

 

La ferme aujourd’hui :

La ferme aujourd’hui :

Ferme d’élevage d’inclusion par partage avec un encadrant autiste sous statuts d’exploitation individuelle.

Un redressement judiciaire lié à un facteur extérieur ( épidémie ) et non à un défaut de gestion.

La qualité reconnue ( 100 % de réussite examens et 80 % re-scolaristation ) depuis 2015.

La formation et l’accession à l’emploi des jeunes handicapés.

L’accompagnement dans la création d’un projet de vie et d’un projet professionnel.

Le soutien pour surmonter les traumatismes passés ( maltraitances 90 %, abus sexuels 50 % et tentative d’attenter à leurs jours 10 % ) et s’ouvrir pour viser l’inclusion sociale.

 

But du jeu de la continuité du projet:

 

Former, fournir une expérience professionnelle et accompagner des personnes en situation de handicap, pour qu’à leur tour elles puissent fonder leur propres exploitations et elles aussi aider des personnes handicapées.

Idéalement, le principe est de créer un système de propagation viral des exploitations employant des personnes handicapées par l’exemple.

 

Quel est le concept du projet ?

c585e0c0376044de6a8b40261277271b.jpeg?auto=format%2Ccompression&ixlib=php-2.1.1&s=7af2f704c1be0d86f610e52bb8138877

 

Le prédicat est simple, l’autisme, le syndrome de Down, les Dys et les TSA ont toute leur place dans la société.

Toute autre approche relève de la simple discrimination.

Discrimination à l’éducation et à l’emploi en l’occurrence.

 

La mission d’EDORAS :

Accompagner des jeunes apprenant en situation de handicap de type TSA, Syndrôme de Down ou physique.

Gérer la ferme de formation

Faire découvrir le métier de l’élevage aux jeunes apprenants

Former les apprenants au métier de l’élevage

Apporter une méthodologie propre à aider l’apprenant à définir un projet professionnel et un projet de vie

Travailler à la mise en autonomie des apprenants ( professionnelle, individuelle et sociale )

Gérer l’hébergement, la restauration et la surveillance des apprenants

Accompagner les apprenants dans le l’application de leurs projets pédagogique jusqu’à l’emploi.

 

Afin d’offrir un environnement calme propre à une prise de confiance et d’autonomie progressive, la ferme doit être principalement une ferme d’élevage.

Effectivement le contact avec les animaux est un excellent vecteur d’ouverture sur ces type de handicap.

Il s’agit donc d’élevage bovin, porcin et équin en agriculture biologique système tout herbe.

 

A échéance, le but est de créer deux nouvelles activités de transformation et vente directe pour pouvoir aussi former des jeunes sur deux autres métiers  qui leurs sont généralement fermés:

Les métiers de boucher/charcutier

Les métiers de la vente en « magasin » et sur les marchés locaux.

 

Du point de vue mise en autonomie, les stagiaires disposent d’une maison indépendante attenante du logement du responsable de la ferme.

Ce qui permet une mise en autonomie sur mesure et progressive ( Hygiène personnelle, préparation des repas, lessive, etc .. ).

Les stagiaires commencent par vivre avec la famille du responsable de la ferme pour finir par vivre dans leur propre maison.

 

e7ac6003dde17d4456858a985a229f27.jpeg?auto=format%2Ccompression&ixlib=php-2.1.1&s=c329154989e2bbe016b91413d4b88013

 

L’approche pédagogique se fait par la prise de confiance progressive par la valorisation de petites réussites.

Quotidiennement, on fixe de petits objectifs de travail ou de vie et l’on monte la barre progressivement.